Ne pas confondre innovation et communication !

Concours de startups, hackathons, incubateurs, challenges d’open innovation, voyages dans la Silicon Valley, brainstormings collectifs, séances de lego serious play, etc.

Aujourd’hui ces programmes d’innovation lancés par les grandes entreprises françaises sont de plus en plus nombreux et envahissent nos fils d’actualité LinkedIn.

Partant d’une bonne intention, ils donnent bien souvent l’impression et l’exemple aux autres que l’innovation se résume à cela.

Si c’était le cas, alors l’entreprise avec les plus gros budgets à consacrer l’emporterait dans la course à l’innovation. Un peu comme si la société avec le plus de « buzzword » sur son site internet (IA, blockchain, innovation, etc.) était la plus prometteuse du marché dans le domaine. Bien souvent ce n’est justement pas le cas.

Quid des résultats de cette communication ?

Dans la majorité de ces programmes, leur pertinence, leur efficacité et les retours attendus sont quasiment nuls.

Combien de startups lauréates de concours d’innovation n’ont plus jamais entendu parler de la société organisatrice ? Combien de voyages dans la Silicon Valley, financés par des organismes publics, ont été simplement l’occasion de couper avec la routine ? Combien d’incubateurs, installés dans de superbes locaux, sont aujourd’hui vides de projets ambitieux ? La liste est longue.

Ces démarches sont éphémères et ne s’inscrivent pas dans le temps, pour la simple et bonne raison qu’elles sont très onéreuses et qu’elles n’ont pas vocation à être entretenues et suivies dans le temps.

Pire encore ces démarches peuvent s’avérer dangereuses pour porter l’innovation dans son entreprise. Leur caractère ponctuel et extasiant crée chez les participants un pic de dopamine. L’instant est extraordinaire et vécu avec beaucoup d’émotions : on échange, on propose, on partage, on sort du quotidien. Malheureusement la descente n’en est que plus difficile et cette diminution du taux de dopamine dans les jours qui suivent peut laisser place à de sérieuses remises en question parmi vos équipes, parmi les nouveaux talents recrutés via cette déferlante de communication ou au sein des nouveaux partenariats extérieurs crées.

Pour les collaborateurs, ce sentiment est renforcé par le manque de suivi des propositions et idées exprimées en séances et le peu de parallèle fait entre leur participation à ces événements et leur quotidien au travail.

Retenons que de manière générale il est extrêmement compliqué de communiquer sur ce que l’on fait et de le faire vraiment.

L’innovation est liée à l’ADN d’une entreprise

Oui, elle doit être inscrite au plus profond de l’âme d’une entreprise. Et l’ADN ne se change pas à coup de communication !

Le pire serait même de penser que l’on va dans la bonne direction, de se le répéter tellement fort et tellement souvent que l’on rentre dans une espèce de schizophrénie où l’on croit que ce que l’on communique à l’extérieur c’est ce que l’on fait vraiment. On arrive à s’auto convaincre profondément, on en vient à ne plus écouter les conseils extérieurs à coup de « ça je le fais déjà » et on file droit … droit dans le mur.

L’innovation doit être prise au sérieux

Les sujets d’innovation doivent être pris très au sérieux. Ils doivent être traités au cœur même du top management d’une entreprise. C’est à la direction, épaulée par la direction innovation si elle existe, d’initier cette démarche, d’en être convaincu et de lancer cet élan auprès de l’ensemble des collaborateurs. Et pas uniquement lors d’une soirée évènement, ou en s’appuyant sur un partenaire extérieur pour le faire parce que la direction n’a pas le temps de s’en occuper, mais bel et bien tous les jours, de manière répétitive à tous les niveaux de l’organisation.

Si la démarche n’est pas initiée par la direction avec une forte volonté d’enfin changer les choses, d’enfin se retrousser les manches et impulser cet élan, avec pour obsession quotidienne de réussir, alors elle est vouée à l’échec.

C’est comme si vous aviez besoin de perdre du poids et que vous embauchiez un coach sportif à raison d’une séance tous les 15 jours mais sans réelle motivation. Ce n’est pas à coup de raclettes ou de cuillères de Nutella entre les séances que vous allez y arriver. Pour changer les choses il faut en avoir envie et y travailler tous les jours.

Et si vous voulez vraiment changer votre ADN, comme dans toute transformation, cela passe par 3 étapes : une démarche, un processus et un résultat.

L’innovation c’est une démarche, qui suit un processus et donne des résultats.

  • La démarche doit être portée par le top management avec sincérité, volonté et obstination.

  • Le processus **se co-construit avec les collaborateurs. Il doit être simple, quotidien et permettre aux équipes d’apprendre des choses et de monter en compétences. Vous pouvez vous faire accompagner par des experts dans le domaine qui vous aideront à avoir les bons réflexes et à initier cette mise en mouvement. Ce processus est très important : le chemin emprunté par vos équipes est à valoriser et permet d’éviter toute frustration. Si je suis volontaire, que je me sens valorisé, que j’apprends des choses, que j’échange et rencontre des personnes avec qui je crée du lien dans mon organisation, peu importe le résultat, j’ai déjà gagné. J’ai vécu une expérience qui m’a transformée. *« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends », Nelson Mandela.***

  • Les résultats obtenus, directs ou indirects, doivent être entretenus et valorisés. Et encore une fois pour éviter toute frustration, prônons une innovation sobre et heureuse, remplie d’améliorations au quotidien.

Préparez-vous à un travail complexe car l’enjeu est de taille : transformer votre organisation. Cela passe par transformer chacun des individus qui la compose et instaurer le bon état d’esprit. Le seul plan que doit avoir toute entreprise est le plan pour initier ce mouvement.

Si vous cherchez une solution pour faciliter votre management de l’innovation , rendez-vous sur **campus.lfai.co**

Inscrivez-vous pour suivre les dernières nouveautés en innovation

S'INSCRIRE