Les conditions de réussite de l’intelligence collective

Nous appelons intelligence collective, la capacité intellectuelle d’une communauté d’individus à faire converger leurs connaissances, créant ainsi des synergies, afin d’atteindre un objectif commun. L’intelligence collective suppose donc un partage d’informations, des règles communes, la multiplication des relations sociales ainsi qu’un bénéfice à collaborer pour chacun des individus.

Pour James Surowiecki, journaliste au New Yorker, il y aurait 2 leviers à l’intelligence collective :

  1. Une diversité des personnes et des points de vue

  2. L’indépendance des acteurs : ils doivent être en capacité d’exprimer leur réel point de vue sans ressentir de pression à ne pas se conformer ni risquer d’être jugé. L’écoute du point de vue de l’autre et la capacité de savoir lire et prendre en compte ce que les autres pensent sont les conditions pour un échange constructif et des décisions performantes.

L’intelligence collective : une « construction sociale »

Compte tenu de ces conditions, le rôle du leader est essentiel. Il n’est plus vu comme la personne qui sait mais plutôt comme la personne qui créé un environnement avec des conditions propices à l’émergence des meilleures réponses. Une grande partie de son temps et de son attention doivent être consacrés à la création de ce lien et à son entretien. Le collectif ne se décrète pas, il se construit progressivement en passant par des phases d’apprentissage puis de maturation. Pour construire un collectif, il faut un investissement de départ en temps, en énergie, en confiance et il se solidifie dans la durée.

De la même façon, l’intelligence collective, exemple de ce que le collectif est en mesure de produire, n’est pas naturelle et nécessite un apprentissage. Elle est le résultat de relations et d’interactions entre des collaborateurs selon leur histoire, leurs expériences, leurs savoirs, leurs compétences mais également leur point de vue. Afin que la magie/l’alchimie opère il faut réunir trois conditions :

  • Une direction commune

  • Un cadre clair et partagé

  • Une autorité reconnue de tout le monde, qui doit faire respecter le cas échéant la direction et le cadre

L’une des raisons de la solidité des équipes dites performantes est leur capacité à se réunir régulièrement, afin de prendre du recul, d’analyser les relations et les modes de fonctionnement mais également d’apprendre à mieux se connaître tant sur l’aspect professionnel que personnel, pourquoi pas à l’extérieur de l’entreprise. Plus la connaissance de soi et de l’autre est bonne, plus grande sera la liberté d’expression de chacun en leur nom propre sans crainte d’être jugé ou rejeté.

Un leader bienveillant et exigeant

L’une des prérogatives essentielles du leader collectif est de rassembler sur les bons sujets, les bons interlocuteurs, au bon endroit et au bon moment. Sans ces conditions précises, le collectif tourne en rond car chacun des acteurs cherchera à gagner du temps, à fuir les vrais sujets et à termes ne produira rien. Chacun prendra des notes des objectifs et des remarques pour le restituer au bon interlocuteur, qui donnera le message qu’il aurait fallu faire passer aux autres. Le leader collectif doit donc établir dès le début et de façon collective, les règles de fonctionnement du groupe, en s’assurant que chacun a une légitimité à participer aux échanges et est en mesure de prendre des décisions qui seront nécessaires. Ces conditions sont nécessaires à la bonne progression du collectif dans une optique de résultats certains.

Deux qualités sont nécessaires au leader collectif : son ouverture ainsi que sa fermeté. Il doit s’assurer que le collectif ne se focalise pas sur des logiques de surface et des échanges superficiels qui le mèneraient à l’échec en devenant un groupe simplement axé sur les intérêts individuels. Libre au leader de trouver le juste milieu entre rapidité et profondeur, court terme et moyen-long terme, process et initiative pour que le collectif découvre sa voie et progresse vers un objectif de résolution de problème. Généralement, un collectif tel que décrit précédemment aboutit à une innovation qui motivera le groupe à persévérer ensemble vers l’objectif partagé, fixé à l’origine.

C’est un challenge permanent pour le leader qui se doit de placer l’individu avant les processus, la relation avant le contrôle et doit positionner la confiance au cœur de la performance.

Beaucoup de managers ou facilitateurs d’intelligence collective sont focalisés sur la qualité des outils digitaux qui ont pour objectif d’additionner efficacement les différents points de vue du groupe et d’effectuer de façon plus efficace une synthèse des différents points de vue récoltés. Toutefois, ce qui rend un membre moteur et acteur dans un collectif ce sont les divergences de points de vue, dans le respect et l’écoute réciproque.

C’est ce que nous défendons à La Fabrique à Innovations, nous encourageons le partage ainsi que la remise en question des idées afin que les savoirs s’additionnent et que les idées évoluent.

Inscrivez-vous pour suivre les dernières nouveautés en innovation

S'INSCRIRE